Après quatre journées de sport intenses en émotions, le dénouement du championnat du monde d’attelage à un cheval se jouait lors de l’épreuve de maniabilité.

Au menu, pour les 71 attelages en lice, un parcours tracé par le hollandais Johan Jacobs long de 650m, composé de 20 portes de 1,60m de large matérialisées par des cônes surmontés d’une balle à ne surtout pas bousculer sous peine d’être pénalisé de 3 points, le tout à boucler à une vitesse de 250m/mn, en un temps accordé de 2’36’’. Concentration, précision, vitesse et agilité de rigueur !

Les meneurs se succédaient dans le sens inverse du classement provisoire sur la carrière du château. Si les premiers à se présenter affichaient un score cumulé à l‘issue du dressage et du marathon de 244 points, les prétendants au titre, derniers à prendre le départ, totalisaient des scores inférieurs à 130 points, d’où une tension de plus en plus palpable au fil des heures avant le dénouement final et la remise des médailles individuelles et par équipes.

Cette épreuve ne s’est pas avérée aussi sélective que l’on aurait pu le penser puisque 20 des meneurs ne laisse aucun balle au sol, et 8 d’entre eux bouclent un double sans faute dans le temps imparti. La victoire sur cette phase revient au meneur français Jean Michel Olive aux guides d’Aleja de Mesenguy, en un temps époustouflant de 2’28’’35. Il devance l’autrichien Alexander Bösch /Finesse 374, qui boucle le parcours en 2’32’’47, tandis que le français Clément Deschamps, associé à Brume de Chablis, décroche la 3ème place en 2’32’’98. Mario Gondolfo/ Favella se classent 4ème (2’33’’07) et Claire Lefort aux commandes de Darwin de Féline termine 5ème en 2’33’’39.

Alors que le clan français était prêt à acclamer sa championne et numéro 1 mondiale, Marion Vignaud, en tête de bout en bout de ce championnat, la déception a été amère tant pour la meneuse elle-même, que pour le staff fédéral et le public, car trois balles se retrouvent au sol, d’où une pénalité de 9 points qui la propulsent en fin de tableau pour cette ultime phase.

Au classement final des trois tests, le titre mondial individuel revient à la championne en titre, la hollandaise Saskia Siebers, aux guides de son fidèle Axel, qui totalise 135,16 points. Marion Vignaud associée à First Quality doit se contenter de la médaille d’argent avec un score de 136,46pts, tandis que le bronze est pour la canadienne Kelly Houtappels Bruder, qui menait Flip (139,64pts).

Côté classement pas équipes, la France, qui aura dominé cette compétition décroche la médaille d’or, grâce à Claire Lefort, Fabrice Martin et Marion Vignaud, avec un score final de 267,88 points. L’équipe des Pays Bas, composée de Eline Houterman, Saskia Siebers et Frank Van der Doelen, s’adjuge l’argent, avec un résultat final de 281,05 points. Sur la troisième marche du podium, l’Allemagne (Dieter Lauterbach, Marie Tischer et Anne Unzeitig) grâce à un total de 290,98 points.

Ils ont dit

Saskia Siebers

J’adore la maniabilité, c’est mon terrain de jeu favori, j’aime le fait d’être à la fois tendue et de prendre du plaisir, c’est stimulant. J’ai fait tout ce que j’ai pu, mon cheval, mon mari John qui est tout pour moi et moi-même nous formons une super équipe. Je crois que nous ne réalisons pas encore ce qui arrive. Je crois que nous ne réalisons pas encore ce qui arrive. J’ai commencé par être troisième, puis deuxième, première et c’est ma seconde médaille d’or mondiale, c’est une super progression, et c’est surtout incroyable de faire ces performances avec le même cheval. Je ne m’y attendais pas, j’étais ravie de décrocher l’argent On dit toujours que la compétition n’est pas finie tant que la dernière porte n’est pas franchie par le dernier concurrent, mais cette fois nous ne nous attendions pas à un tel dénouement. Nous sommes super heureux d’autant qu’Axel a été blessé pendant l’année, arrêté pendant trois mois, et il a été de retour voilà quatre semaines !

Marion Vignaud

Je ne sais pas définir pourquoi j’ai complètement raté cette épreuve, le cheval était très bien et très disponible à la détente, nous avons fait la détente idéale sans faute, je n’avais pas le sentiment d’avoir une pression supérieure à l’habitude, d’autant que la maniabilité était réalisable on a pu voir toute la journée qu’il y avait très peu de balles au sol. Une fois sur la piste, je ne me suis pas rendu compte de la première faute, ma groom m’a avertie de la deuxième, et je pensais être en tête quand j’ai franchi la ligne d’arrivée. J’ai réalisé en entendant la déception du public.

Kelly Houtappels Bruder (CAN)

Kelly Houtappels Bruder (CAN) Nous sommes ravis de gagner la médaille de bronze, c’était un championnat exigeant et difficile à bien des égards, mais mon cheval a été juste fantastique, tellement à l’écoute, y compris sur la maniabilité, où les tournants étaient assez serrés et se succédaient rapidement. Au final je suis enchantée, et j’ose le dire, j’osais espérer une médaille !

Claire Lefort

Je suis ravie de notre maniabilité, tellement fière de mon cheval et de son premier championnat. J’aurais u faire un meilleur marathon en évitant une boucle dans le 2 et une balle dans le 8 qui me coûtent 4 points. C’est rectifiable, nous avons encore une marge d’évolution. Je vise les championnats du monde à un poney l’année prochaine.

Chef d’équipe France – Quentin Simonet

Nous sommes premiers par équipes, deuxième en individuel avec Marion Vignaud, tout le monde est dans la première moitié du classement, je suis très satisfait de l’ensemble des performances du collectif. Evidemment on peut toujours trouver quelques points à améliorer, mais on aurait signé d’avance pour ce résultat. Il faut nous pardonner les éventuelles petites frustrations à chaud, mais je tiens à féliciter le travail de tous, qui ont livré un très bon championnat, ainsi que l’équipe d’organisation du Haras du Pin, qui a livré un très bel événement. C’est positif pour la discipline en France.

Chef d’équipe Pays Bas – Ad Aarts

Incroyable ! Je suis ravi du titre de Saskia, je ne pensais pas que cela soit possible, d‘habitude Marion est très bonne en maniabilité, elle a peut-être subi la pression, d’autant que le parcours, même si le temps était court, n’était pas très difficile en soi, voire par assez difficile.

Chef d’équipe Allemagne Rainer Bruelheide

Nous avions une équipe merveilleuse cette année, et nous sommes enchantés de décrocher la médaille de bronze. Nous avions à la fois des chevaux confirmés et d’autres en devenir, pour la plupart en provenance d’élevages allemands. Les entraîneurs et les meneurs ont fait un super travail de préparation. Ils ont été très performants sur les trois phases et méritent leur médaille.

Jean Michel Olive

Je suis ravi car nous avons gagné à peu près toutes les maniabilités de l’année d’autant que j’ai la jument depuis six mois, Hier la fin du marathon a été un peu dure, mais cette épreuve là est assez courte, c’est son épreuve, il fallait la sortir le jour J, c’est fait on est contents. On va travailler le dressage et la condition physique, on est dans le Top 15 c’est déjà bien.

Clément Deschamps

Hier c’était dur, la maniabilité est plus facile pour nous, je suis content que la jument ait bien récupéré. Elle était disponible à 100%. Je pense pouvoir améliorer la condition physique des chevaux quand on vient sur des sites très techniques comme celui-ci, mais en tout cas c’est une expérience très formatrice. Dès demain on se remet au boulot.

Jacques Tamalet

Entraîneur national d’attelage pour la France durant vingt sept ans l’explique, le parcours est très bien fait. Il se compose d’obstacles simples, à prendre éventuellement avec un léger biais, d’oxers (succession de deux portes distantes de 1,80m, à aborder très droit et d’autres plus étroits de 5 cm que la moyenne (1,60m). Dans tous les cas, le tracé contraindra les meneurs à ralentir énormément à plusieurs endroits, et le temps imparti est relativement court par rapport à la distance à parcourir. Le seul souci est le fait que le sol, très lisse, permet parfois aux quilles de glisser de quelques centimètres sans pour autant que les balles tombent. Le chef de piste aurait légèrement pu corser la difficulté.